« Bint El Bahr» S’essaie à la littérature pour enfants



Plaisir de lire et de découvrir


M.Bellakhal    Le renouveau  6-1-2010








   Hafidha Karabibène est plus connue dans les milieux littéraires sous le pseudonyme évocateur de « Bent El Bahr » (Fille de la mer). Joliment trouvé, en vérité si l’on sait que notre écrivaine naquit et grandit imprégnée de senteurs marines, baignée d’effluves iodées, inondée d’exhalaisons océanes.

   La puissance azuréenne envahit avec constance et ténacité à la fois ses yeux et son âme, finit par la tenir sous son charme et fit naître en elle l’irrépressible désir d’exprimer l’indicible, de traduire l’ineffable. « Bent El Bahr » n’est jamais autant à l’aise pour s’épancher que lorsqu’elle tient sa plume. Son talent de femme de lettres ne tarda pas à se révéler, favorisé par un climat familial au statut foncièrement intellectuel. Il suffira de rappeler que Hafidha Karabibène n’est que la digne fille de l’illustre et éminent professeur et homme de théâtre Hassen Karabibène, figure de proue de l’intelligentsia bizertine, lequel avait veillé à dispenser à ses enfants une éducation parfaite. Très tôt, Hafidha s’initia à l’écriture et ses articles fleurirent sur les pages des journaux et revues spécialisées.

   Mais son jeune esprit en élaboration commençant à percevoir le monde était avide de consistance et mettant son ouvrage sur le métier, « Bent El Bahr » fit paraître son premier recueil de nouvelles intitulé « At-Tiflatou Intaharat » (La fillette se suicida), Maison arabe du livre, 1984. Ce fut un bon succès qui incita notre jeune écrivaine à s’investir davantage pour nous gratifier en 1989 d’une anthologie intitulée « Rasael la yahmilouha Al barid ». L’œuvre eut un accueil favorable et sonna l’entrée de plain pied de la jeune auteure dans le monde de la littérature, car la critique décela chez « Bent El Bahr » les qualités qui font les grands écrivains : notamment un style marqué et sobre que « Bent El Bahr » manie avec dextérité et élégance. Ses thèmes s’inspirent de la vie sociale qu’elle examine avec acuité et parce que les sphères humaines et les cas sont si disparates, l’écriture de « Bent El Bahr » se présente sous des genres différents.
Genre lyrique et exaltation des sentiments communs, genre élégiaque et expression des regrets sur la condition actuelle de l’homme arabe avec, en filigrane, un soupçon de satire mais toujours une musicalité, un rythme, un foisonnement de métaphores qui vous remuent jusqu’aux entrailles et qui éveillent autant votre sensibilité que votre imagination.

   L’empreinte de « Bent El Bahr » est posée et la jeune écrivaine allait « toucher » à différents genres. En 1993, elle publie « Fi Dhoulmat Ennour », suivie en 2003 d’un roman « Douroub El Firar » et en 2006, son dernier recueil de nouvelles qui fit fureur « Ajmal El Fadhayeh » (le plus beau des scandales). Pour l’ensemble de son œuvre et pour consacrer un talent confirmé, différentes distinctions ont récompensé « Bent El Bahr » dont le prix Zoubeida Bchir, le prix COMAR pour son roman « Douroub El Firar », et ultime consécration, le quatrième ordre médaille de mérite culturel. Ses œuvres ont été traduites en France et en Chine et on constitué des thèses de recherches universitaires sans oublier que nombre de ses textes figures dans les manuels scolaires.

   Récemment, « Bent El Bahr » a surpris tout son en annonçant la parution d’une série de livres pour enfants de 6 à 8 ans. Cette collection titrée « Les contes de Bent El Bahr » est actuellement constituée de 6 historiettes de fiction mettant en scène enfants-personnages entrant en été avec la Nature et ses hôtes. Par ailleurs l’aspect récréatif visé, l’auteure met en relief la sagesse, la raison et le bon sens que les enfants sont en mesure d’acquérir en questionnant leur environnement naturel. Elégamment présentés, simplement écrits, agréablement illustrés, ces ouvrages sauront faire le bonheur des tous petits et les sensibiliser aux problèmes environnementaux qui se posent avec la pressante acuité. « Bent El Bahr » a été programmée pour présenter ses livres pour enfants dans différentes rencontres dont une à Bizerte, le 23 Janvier 2010, sous l’égide de l’Amicale des Anciens Elèves des lycées de Bizerte.


M.Bellakhal